Réinventer l’homme

Les fonctions biologiques ne font pas l’homme. L’homme est fait de ses pensées, bonnes ou mauvaises, de son rire, de ses larmes, de ses amours et de ses haines, bref, de sa vie. On peut faire battre un cœur dans une machine, ce ne sera jamais un homme. L’homme est sa propre vie, il est au-delà de son cœur. Lorsque son cœur s’arrête, il ne meurt pas, il se transforme, il abandonne son œuvre terrestre et retourne à la Vie, à la Puissance.

Depuis la chute du peuple Adamique (Adam), l’humain s’est déshabitué de voir ou de sentir Dieu. De là, une terrible méconnaissance de la Vie depuis quelques millénaires.

L’homme se fait des idées grossières et fausses de Dieu. Celui Qui Est, le Créateur, le Tout, n’est pas le roi et le juge, bref le Dieu de la religion, un personnage jaloux et vindicatif qui gouvernerait et jugerait ce monde. Les rapports de l’homme avec le Créateur ne sont pas des rapports d’obéissance ou de dépendance, tout a trait à l’appartenance. Nous sommes les Enfants du Créateur de l’univers, chacun de nous est son Image et Ressemblance, mais non son sujet.

Dieu est l’Univers. Il est aussi bien chacun d’entre nous, qu’il est les milliards d’astres qui s’étendent à l’infini. C’est quelque chose d’incompréhensible pour les humains et pourtant il est la Vie (Rév d’Arès 24/3-5), il est est partout.

Certes, nous pouvons nous représenter comme des récipients de sang et d’os, d’estomac et de cervelle, mais si nous renonçons à faire vivre nos âmes nous ignorons qui nous sommes fondamentalement et nous renonçons à l’Absolue, à la Vie pour laquelle nous avons été créés.

Dieu est tout simplement la plus haute dimension de l’Être en tout humain. Le Pouvoir Être Humain est ce potentiel incroyablement ignoré ! C’est la Vie absolue. La Vie créant la vie, dont la nôtre, faisant ainsi de chacun d’entre nous une parcelle, un atome d’Elle-même.

Cet Appel de la Vie nous vient d’au-delà de nos cerveaux, d’au-delà des étoiles et des morts. Cet Appel nous vient du monde de l’oubli, d’un espace où vit la Vie étalée sur l’Infini. D’un concept au-delà de nos possibilités de vision et description. Nous n’en recueillons que des lambeaux. Les mots humains sont insuffisants et mal adaptés pour décrire l’indescriptible.

Les Hauteurs sont comme les étoiles, des milliards de milliards. C’est l’Univers ! Et nous, les femmes et les hommes de cette terre, sommes des Enfants du Père/Mère, de la Vie, de l’Univers.

Le message de La Révélation d’Arès nous donne la clé pour faire rejaillir au fond de soi ainsi que dans la société, tout ce que l’homme a de beau, de grand, de magnifique, d’éternel et de transfigurant : l’Image et Ressemblance d’une Puissance Créatrice quasi morte aujourd’hui mais récupérable par la renaissance au fond de soi de la vie spirituelle, qui seule peut conduire à la Vie (24/5). C’est par la pénitence que nous passons de la cause de nos faiblesses et brièveté de vie humaine à l’effet recherché qui est la fin du péché et l’éternité. Réinventer l’homme, c’est l’objectif idéal de La Révélation d’Arès. Il s’agit là simplement, sublimement de l’objectif idéal de la Création.

C’est le sentier de l’amour, du pardon, de la paix, de l’intelligence spirituelle libre de préjugés, qui refait de l’homme un dieu (2/13).